FACEBOOK
TWITTER
  • Né du Rhône, du mistral et du Ventoux les vins AOC Ventoux donnent du relief, du sel à votre vie. Le Mont Ventoux, Géant de Provence, labellisé "réserve de Biosphère" par l’UNESCO, et son piémont, sont reconnus unanimement à travers la qualité de leur biodiversité.
    Les vins du Ventoux, en rouge, rosé et blanc bousculent les lignes, ils sont libres, audacieux et incroyablement gourmands.

    Cépages

    Les vins AOC Ventoux se vinifient autour des cépages de vallée du Rhône. Pour les vins rouges, le grenache exprime sa rondeur, la syrah apporte ses tanins soyeux, le mourvèdre et le carignan des arômes épicés. Ces deux derniers cépages apportent structure et aptitude au vieillissement. Le cinsault notamment pour les vins rosés apportera un fruité sans pareil.

    Pour les vins blancs les assemblages de grenache blanche, clairette, roussanne, marsanne et viognier confèrent aux vins des aromes subtils et une fraicheur exaltante.

  • L’histoire de la vigne en Provence se confond avec celle des hommes qui l’ont cultivée, mise en valeur et développée. Gaulois, grecs, romains, provençaux, papes, rois empereurs… tous ont contribué à donner aux vins de l’AOC Ventoux leurs lettres de noblesse.

    Dès l’arrivée des premiers colons grecs sur les côtes méditerranéennes, les échanges commerciaux avec les peuplades gauloises se développèrent. Le vin était bien sûr l’une des composantes essentielles des échanges. Les Gaulois, amateurs de cervoise, devinrent très rapidement des amateurs des productions grecques puis romaines. Des dolia, ces grands vaisseaux servant de réceptacle au vin, datant du IVe siècle avant JC ont été retrouvées sur la commune de Malaucène.

    Si le commerce du vin est attesté en France dès le Ve siècle avant J-C, la production n’était datée que de l’an X avant J-C.
    La découverte récente au cœur de l’appellation Côtes du Ventoux d’un atelier de potier et de poteries vinaires fait maintenant remonter la première production de vin en l’an XXX avant J-C.
    L’artisan/artiste était un colon romain installé sur place pour approvisionner les domaines vinicoles des alentours.
    60 cuves rupestres servant sans doute aux vinifications ou au stockage datant d’une période antérieure au VIe siècle après JC ont été découvertes sur un territoire qui s’étend de Gordes à Venasque.

    La culture de la vigne et surtout la production de vin de qualité se sont développées en France avec l’expansion des domaines de l’Eglise. Les grandes abbayes du Moyen-âge ont ainsi contribué à la croissance qualitative et quantitative du vignoble du Ventoux. Ainsi entre 909 et 970, Don Mayeul, 4e abbé de Cluny et originaire d’Apt, a donné ses villas à l’abbaye qui planta et assura la pérennité de la culture de la vigne à l’ombre du Mont Ventoux.
    L’Église n’a jamais aussi bien participé au développement du vignoble qui allait devenir le vignoble du Ventoux que pendant la présence des papes en Avignon. De 1309 à 1414, les vins AOC Ventoux se retrouveront régulièrement sur les tables pontificales en Avignon.

    Jean XXII (2e pape) fait ainsi venir du vin vieux de Malaucène, preuve s’il en est que les vins du Ventoux étaient de qualité ; le vin supportait difficilement le poids des ans à cette époque.
    En 1365, Apt accueille un concile clôt par le pape Urbain V qui découvre les vins du pays d’Apt et les fruits confits au résiné (sirop de vin).
    Enfin, en 1376, le pape Grégoire XI retourne à Rome et nomme son frère Guillaume-Roger de Beaufort recteur. Il fait venir pour sa réception du vin rouge et blanc du Piémont du Ventoux.
    Tout au long des siècles les rois de France accueillirent sur leur table l’ensemble de la production des vins de qualité français. Les vins AOC Ventoux ne firent pas défaut.
    Au XIXe siècle le roi Louis-Philippe adopta comme vin de cour le grenache vieux de Mazan. M. Julien, historien de la vigne et du vin, le situe parmi les meilleurs vins de la région à l’égal du vin de paille de l’Hermitage et du Muscat de Beaumes de Venise.

    Avec la période moderne, le souci de qualité devient omniprésent. Le début du XXe siècle voit apparaître la notion d’Appellation d’Origine Contrôlée. Dès 1939, les vins AOC Ventoux créent un syndicat de promotion des vins du Ventoux destiné à promouvoir la qualité et les caractères des vins de la région.

    Ils deviennent Vin Délimité de Qualité Supérieure (VDQS) en 1953 puis accèdent à l’AOC le 27 juillet 1973. Cette accession est la conséquence logique de plusieurs siècles de travail et d’efforts pour atteindre la qualité et la typicité des vins AOC Ventoux.

  • Climat

    Le climat provençal des vins AOC Ventoux est méditerranéen, le soleil y est omniprésent. Le bleu du ciel est plus intense, les parfums sont transcendés, les couleurs magnifiées. Le soleil darde ses rayons entre 2700 et 2900 heures par an en Provence ; dès le mois de mai, vignes mais aussi oliviers et amandiers vont bénéficier d’un ensoleillement record.

    Mais sans le Mistral, il manquerait une touche au tableau. Le Mistral est indissociable du terroir des vins AOC Ventoux, il plie les arbres, il invite les comtadins à protéger leurs maisons et leurs cultures de ses assauts. Il évite aussi à l’humidité de s’installer, il sèche les vignes et les plantations en un temps record.
    Ainsi, le mistral qui souffle au long de la Vallée du Rhône, le climat privilégié de la Provence et la masse protectrice du Mont Ventoux font du terroir des vins AOC Ventoux une riche combinaison pour élaborer des vins au caractère bien affirmé.

    Sols

    Le Mont Ventoux se caractérise comme un plissement provençalo-pyrénéen. Les Monts du Vaucluse sont le prolongement naturel du Ventoux.
    Ces formations ont évolué sous l’effet de l’orogénèse (phase d’édification des reliefs) des massifs alpins, à l’apparition et à la disparition des différentes mers et au passage de climats tropicaux humides à des climats beaucoup plus froids et secs.
    La topographie très contrastée du paysage actuel (monts, plateaux, vallées, reliefs de buttes et de collines) est la conséquence directe de ces modifications climatiques. S’étalant sur une échelle de temps qui va de - 230 millions d’années à nos jours, les substrats identifiés sur la zone d’appellation correspondent le plus fréquemment à des colluvions, produits accumulés au fil des années et résultats de l’altération directe des formations géologiques en place. Les terrasses fluviatiles plus ou moins anciennes constituent l’autre majeure partie de ces dépôts quaternaires. Ce sont alors des formations d’origine alluvionnaire à sables, graviers et galets, surmontées par une épaisseur très variable de limons.

    Par ailleurs les safres gréseux du Comtat Venaissin (issus de sédiments tertiaires), les sables ocreux (crétacé), les sols évolués sur oligocène et plus localisé le trias du Barroux, sont eux aussi à l’origine de la typicité des vins de l’appellation AOC Ventoux.

    Conjuguées au climat provençal et aux multiples microclimats des monts, plaines et vallées de l’appellation, les différences géologiques des alentours du Mont Ventoux enrichissent de leur multiplicité le caractère particulier des vins de l’appellation AOC Ventoux.



  • La production Bio en 2013 a été de 23 690 HL avec 812 Ha,
    ce qui représente 10% de la production globale.




    Répartition des ventes de la Vallée du Rhône en 2010 (estimations InterRhône)


    Répartition de la commercialisation AOC Ventoux en 2010 en volume
    (source étude des flux IR 2011)