FACEBOOK
TWITTER

Histoire

L’histoire de la vigne en Provence se confond avec celle des hommes qui l’ont cultivée, mise en valeur et développée. Gaulois, grecs, romains, provençaux, papes, rois empereurs… tous ont contribué à donner aux vins de l’AOC Ventoux leurs lettres de noblesse.

Dès l’arrivée des premiers colons grecs sur les côtes méditerranéennes, les échanges commerciaux avec les peuplades gauloises se développèrent. Le vin était bien sûr l’une des composantes essentielles des échanges. Les Gaulois, amateurs de cervoise, devinrent très rapidement des amateurs des productions grecques puis romaines. Des dolia, ces grands vaisseaux servant de réceptacle au vin, datant du IVe siècle avant JC ont été retrouvées sur la commune de Malaucène.

Si le commerce du vin est attesté en France dès le Ve siècle avant J-C, la production n’était datée que de l’an X avant J-C.
La découverte récente au cœur de l’appellation Côtes du Ventoux d’un atelier de potier et de poteries vinaires fait maintenant remonter la première production de vin en l’an XXX avant J-C.
L’artisan/artiste était un colon romain installé sur place pour approvisionner les domaines vinicoles des alentours.
60 cuves rupestres servant sans doute aux vinifications ou au stockage datant d’une période antérieure au VIe siècle après JC ont été découvertes sur un territoire qui s’étend de Gordes à Venasque.

La culture de la vigne et surtout la production de vin de qualité se sont développées en France avec l’expansion des domaines de l’Eglise. Les grandes abbayes du Moyen-âge ont ainsi contribué à la croissance qualitative et quantitative du vignoble du Ventoux. Ainsi entre 909 et 970, Don Mayeul, 4e abbé de Cluny et originaire d’Apt, a donné ses villas à l’abbaye qui planta et assura la pérennité de la culture de la vigne à l’ombre du Mont Ventoux.
L’Église n’a jamais aussi bien participé au développement du vignoble qui allait devenir le vignoble du Ventoux que pendant la présence des papes en Avignon. De 1309 à 1414, les vins AOC Ventoux se retrouveront régulièrement sur les tables pontificales en Avignon.

Jean XXII (2e pape) fait ainsi venir du vin vieux de Malaucène, preuve s’il en est que les vins du Ventoux étaient de qualité ; le vin supportait difficilement le poids des ans à cette époque.
En 1365, Apt accueille un concile clôt par le pape Urbain V qui découvre les vins du pays d’Apt et les fruits confits au résiné (sirop de vin).
Enfin, en 1376, le pape Grégoire XI retourne à Rome et nomme son frère Guillaume-Roger de Beaufort recteur. Il fait venir pour sa réception du vin rouge et blanc du Piémont du Ventoux.
Tout au long des siècles les rois de France accueillirent sur leur table l’ensemble de la production des vins de qualité français. Les vins AOC Ventoux ne firent pas défaut.
Au XIXe siècle le roi Louis-Philippe adopta comme vin de cour le grenache vieux de Mazan. M. Julien, historien de la vigne et du vin, le situe parmi les meilleurs vins de la région à l’égal du vin de paille de l’Hermitage et du Muscat de Beaumes de Venise.

Avec la période moderne, le souci de qualité devient omniprésent. Le début du XXe siècle voit apparaître la notion d’Appellation d’Origine Contrôlée. Dès 1939, les vins AOC Ventoux créent un syndicat de promotion des vins du Ventoux destiné à promouvoir la qualité et les caractères des vins de la région.

Ils deviennent Vin Délimité de Qualité Supérieure (VDQS) en 1953 puis accèdent à l’AOC le 27 juillet 1973. Cette accession est la conséquence logique de plusieurs siècles de travail et d’efforts pour atteindre la qualité et la typicité des vins AOC Ventoux.

Le reste de l'actualité